SEO SEA que choisir ? Payant, gratuit, les deux ?

SEO SEA sont deux approches complémentaires, en tout cas au dire de beaucoup d’agences — surtout celles vendant du SEA.

  • Le SEA—Search Engine Advertising — c’est le référencement payant acheté à la régie publicitaire de Google — Google Ads)
  • Le SEO — Search Engine Optimization — c’est le référencement naturel, gratuit >>

Dans quel cas est-ce vrai, et comment faire pour tirer une efficacité maximale de cette complémentarité, si, et quand elle existe.

SEO SEA - SMA SMO

01

SEO SEA : Pourquoi un des deux au moins est obligatoire ?

SEO SEA, vous ne pouvez pas vous passer des deux : pour être visible sur le web, vous devez faire appel à l’un ou l’autre. Les prospects et clients vous trouveront dans 90 % des cas en moyenne, mais uniquement si vous sortez en première page des SERPs suite à une recherche dans Google. Pourquoi dans 90 % des cas sur Google ?

  • Parce que Google représente 94 % des recherches en France.
  • Parce que la majorité des internautes ne va pas en deuxième page des SERPS : il change sa requête s’il ne trouve pas de réponse en première page. Le chiffre varie selon les sites et recherches, mais il y a fort à parier que, suite à une recherche,  plus de 90 % des visites sur votre site ne proviennent que de la première page des SERPs. Vous pouvez le vérifier facilement avec notre audit de site gratuit >>.
  • Parce que les réseaux sociaux ne permettent de toucher que 1 % de vos prospects. Sur 100 prospects, 50 % n’utilisent pas le réseau social en question. C’est facile à vérifier : cherchez la fonction visée — DG, médecin, DRH… faites une recherche et comparez au marché. Sur les 50 qui l’utilisent, quels sont ceux qui seront connectés dans les 2 heures suivant votre publication ? (car après 2 heures, une publication tombe dans les profondeurs du mur)… 21 % ? Sans doute beaucoup moins. Mais 2 % de 50, ça ne fait déjà plus qu’un prospect sur 100 visés !

Or SEO SEA sont les deux seuls moyens de sortir en première page de Google.

Donc SEO SEA sont indispensables : le SEO (Search Engine Optimization) pour monter gratuitement en première page des SERPS, ou le SEA (Search Engine Advertising) en achetant la position. Rappelez-vous que vous avez besoin de l’un des deux ou des deux.

02

SEO SEA : comment choisir ?

SEO SEA… entre les deux votre cœur balance ? Le SEA vous semble plus facile, mais cher ? Le SEO vous intéresse parce que gratuit, mais vous semble trop long, trop complexe, trop incertain ? Votre agence vous dit que SEO SEO sont tous deux complémentaires et qu’il ne faut pas choisir ? Alors que penser entre SEO SEA ? Que choisir entre SEO SEA ?

En fait, pour bien arbitrer en SEO SEA, la réponse vient de la bonne compréhension des parcours d’achat des clients, et de leur comportement sur le web. Ce sont donc rarement des « techniciens du référencement » qui vous aiguilleront vers le bon choix entre SEO SEA, mais plutôt des commerciaux bien au fait du web.

1.     Pour choisir entre SEO SEA, comprendre le SEA et ses ressorts.

Le principe du SEA consiste à acheter la position pour un mot clé précis à Google Adwords. Par exemple, sur le mot clé « piscine », l’entreprise Desjoyaux achète la 1re position aux enchères à Google Ads, en payant ce mot plus cher que les autres. Donc naturellement, son annonce sort en 1re page — 1re position. Dès lors qu’un internaute cliquera sur une annonce, Desjoyaux paiera un certain montant à Google : c’est ce qu’on appelle le coût par clic. Dans ce cas précis, il est de l’ordre de 1,6 € HT/clic.

SEO SEA - Annonces ExempleIl faut bien comprendre que le SEA payant se matérialise sur une SERP :

Par le panneau « annonce »
SEO SEA - Annonces
ou bien par la mention « annonce sponsorisée ».
SEO SEA - Annonces sponsorisées

Un peu comme si le moteur de recherche affichait « Attention ici c’est de la pub, ce n’est pas intéressant, zappez !». Et cela fonctionne plutôt bien : 97 % des internautes ne cliquent jamais sur les annonces payantes (appelées aussi « liens verts ») et descendent directement en dessous (« liens bleus »).

Cela ne signifie pas qu’entre SEO SEA, vous ne devriez jamais faire de SEA. En effet, en particulier quand la transaction peut se faire sur le web, mais aussi pour tous les biens de consommation en général, l’internaute qui clique sur l’annonce payante (3 %) est un prospect dont le besoin est mûr, un prospect en mode achat. (Voir ici pour en apprendre plus sur les niveaux de maturité du besoin >>). Il est très proche de l’achat, et ne pas être présent dans cette zone, va ouvrir la porte à la probable transaction avec un concurrent. Si vous vendez ce type de bien, ce serait un risque majeur de ne pas faire de SEA.

Pensez qu’il y a, pour ne prendre que les deux exemples ci-dessus, 85 000 personnes par mois qui cherchent une perceuse sur Google en France, et 27 000 une piscine semi-enterrée. 3 % de clics, c’est 2 500 prospects par mois prêts à acheter une perceuse, et 700 prêts à acheter une piscine hors sol. Tous les mois !

Bien sûr, cela a un coût. Pour le mot « perceuse » par exemple, la 1re position s’achète aux environs de 0,6 € HT/clic. Ce seul mot coûtera 1 500 € par mois, 18 000 € HT par an. « Piscine » sera moins cher, car il y a moins de recherches et donc moins de clics : mais il est plus cher : à 1,6 € HT par clic et 700 clics par mois, c’est 1 120 € HT par mois, un peu plus de 13 000 € par an.

Il vous faut plusieurs mots, ces budgets peuvent être très conséquents. Une agence SEA vous aidera à comprendre le fonctionnement de Google Ads — que vous pourriez aussi comprendre de vous-même tant la littérature disponible sur le sujet est importante sur le web —, et à optimiser vos choix de campagnes, plafonds, zones de display, etc. Certaines agences SEO SEA affichent un logo Google Partner ou Google partner Premium : ce label ne concerne que le SEA, il n’est que le programme de fidélisation de Google aux achats de publicités payantes pour leur compte et celui de leur client. En réalité, il n’a rien à voir avec le SEO.

Chez Cloud Business Software, nous avons fait le choix de ne pas vous accompagner en SEA. Nous estimons que notre valeur ajoutée serait trop faible, et que le levier principal n’est pas l’accompagnement que nous pourrions apporter, mais bien votre carnet de chèques.

Chez Cloud Business Software, nous sommes spécialisés en SEO. C’est le 2e volet à comprendre pour faire les bons choix.

2.     Choisir entre SEO SEA : comprendre le SEO

Il est certain que vu les montants en jeu, il convient de bien définir sur le SEA, ce qui est utile dans votre métier. La connaissance des parcours d’achats montre qu’avant d’arriver au stade « mode achat » précédemment évoqué (car c’est bien lui est visé par le SEA), le prospect passe par des stades préliminaires. Dans les premiers stades du parcours d’achat, un prospect recherche de l’information objective, sur le problème qu’il veut résoudre, sur les éléments qui lui manqueraient pour prendre sa décision, sur la comparaison des solutions. Le prospect a quelque chose de particulier : le dernier endroit où il veut trouver l’information, c’est dans le discours d’un vendeur, ou dans une annonce publicitaire. Parce que l’information semble évidemment biaisée, puisque l’entreprise paye pour la diffuser.

Or les prospects en mode achat ne représentent statistiquement que 1 % des prospects à un instant « t ». Le SEA vous fait donc passer à côté de 99 % de vos prospects. Il faut alors bien comprendre que le choix SEO SEA n’en est pas un : vous devez faire du SEA pour les prospects en mode achat, et du SEO pour ceux dont le niveau de maturité du besoin est plus faible.

Enfin, il vous faudra bien analyser si dans votre métier, les 1 % des prospects en mode achat ont la moindre chance de cliquer sur des annonces payantes. Le SEA est pertinent si vous vendez des biens de consommation, c’est incontestable. Mais pensez-vous qu’un prospect cliquera sur une annonce payante pour acheter des services ? Solliciter une sous-traitance ? pour choisir un expert-comptable, etc. ? Sans doute non. Si vous êtes dans un métier pour lequel le prospect en mode achat ne réalise pas de transaction, ou 90 % du parcours vers la transaction, sur un mode purement online, le SEA n’est sans doute pas un levier de chiffre d’affaires efficace. Certains le feront pour l’image ou pour d’autres raisons. Mais dans une perspective business, notre conseil sera entre SEO SEA, de privilégier le SEO.

Le SEO a ses leviers propres à découvrir ici >>

Cloud Business Software vous aide à optimiser au maximum vos efforts de référencement SEO, pour diminuer les coûts SEA au maximum et générer un retour sur investissement maximum. Voici ici les leviers du SEO sur lesquels nous pouvons vous aider >>.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.